Intelligence des données

Un système d’information doit être le moteur de l’intelligence des données. Nous recommandons d’appliquer une approche urbanisée. Il s’agit d’organiser les constituants du SI en pôles, quartiers,… afin que l’outil de transformation des données depuis les sources jusqu’à l’élaboration de l’information à forte valeur ajoutée soit évolutif et interopérable.

L’intelligence des données

Une organisation dispose d’un système d’information propre à l’intelligence des données lorsque celui-ci met en oeuvre les niveaux de transformation permettant de passer des données brutes des traitements opérationnels aux informations du système décisionnel, puis aux indicateurs macroscopiques. Ce flux de transformation doit également s’opérer dans le sens descendant de telle sorte que les exploitations du système décisionnel, voire les indicateurs de haut niveau, nourrissent le système opérationnel.

AIC-Proposition de valeur

Comment mettre en place et maintenir l’intelligence des données

Règle numéro 1 : Urbaniser le système d’information pour faire face à tous les besoins et toutes les évolutions du métier présents et à venir

Règle numéro 2 : Se donner une vision réaliste du présent et une vision cible moyen terme pilotée par une entité de gouvernance SI et données

Règle numéro 3 : Tendre vers le respect des contraintes réglementaires et des recommandations de démarche qualité

Règle numéro 4 : Se doter d’une structure de veille architecte entreprise

Principe d’urbanisation du SI (règle N-1)

Un système d’information qui peine à satisfaire les besoins du métier aujourd’hui aura peu de chance de répondre aux évolutions du contexte métier. Un SI doit être bien structuré selon les règles principales d’urbanisation afin de supporter sans remise en cause majeure toute évolution très significative de certaines parties.

Principe de gouvernance des données (règle N-2)

La norme ISO 26000 place la gouvernance au centre des 6 questions centrales de la norme et en donne cette définition :

« La gouvernance de l’organisation est le système par lequel une organisation prend des décisions et les applique en vue d’atteindre ses objectifs. La gouvernance de l’organisation peut comprendre à la fois des mécanismes formels de gouvernance, reposant sur des processus et des structures définis, et des mécanismes informels, émergeant en fonction des valeurs et de la culture de l’organisation, souvent sous l’influence des personnes qui dirigent l’organisation. […] Ces systèmes sont dirigés par une personne ou par un groupe de personnes (propriétaires, membres, mandataires sociaux ou autres) détenant le pouvoir et ayant la responsabilité d’atteindre les objectifs de l’organisation. »

Si la norme ISO 26000 est très orientée gouvernance sociétale, elle formalise néanmoins la méthode. On doit donc envisager la gouvernance des données et par extension (voir données et information) le système d’information comme une organisation et un processus en charge de piloter le capital données pour le bien commun de toutes les parties prenantes. L’organisation de gouvernance permet de rendre compte de l’état des lieux, des orientations à prendre et des moyens humains et techniques à dépêcher pour garder le cap de l’optimisation. Ce que le SI peut apporter au métier dans son besoin business.

Principe de démarche qualité (règle N-3)

La gouvernance délègue à l’équipe qualité le suivi des indicateurs et des contraintes règlementaire. Il incombe donc à la démarche qualité de mettre en oeuvre la méthode de calcul des indicateurs sur la chaine de production afin de rendre compte de son efficacité et de sa conformité.

Il faut construire des rapports vers l’entité » de gouvernance. Pour cela, les indicateurs de suivi qualité sont historisés. L’analyse profonde par des méthodes statistiques permet d’identifier les points sensibles des flux du système d’information.

Principe de veille (règle N-4)

Le principe de veille est le hublot de la gouvernance vers le monde extérieur. Les nouvelles technologies doivent être connues assez tôt lors de leur apparition ; Elles doivent être comprises du point de vue du contexte métier de l’organisation.